image

RÉSILIENCE DES PETITES ENTREPRISES

PARTAGER CETTE PAGE

Soutenir les petites entreprises au bord du gouffre

Lamia Kamal-Chaoui Directrice, Centre pour l’entrepreneuriat, les PME, les régions et les villes Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)

© ITC / Chris Lutanga

Au sortir de la crise liée à la COVID-19, les petites et moyennes entreprises seront primordiales pour appuyer une reprise économique résiliente, durable et solidaire. Nos perspectives sur les PME et l’entrepreneuriat montrent que, sur l’ensemble des économies de l’OCDE, les PME comptent pour 99 % des entreprises, représentant 60 % de l’emploi et entre 50 % et 60 % de la valeur ajoutée. En outre, elles jouent un rôle social essentiel en opérant dans les marchés sous-desservis par les grandes firmes, mais aussi en tant qu’entreprises sociales, par leur nature et leur impact.

Durement touchées par la pandémie, de nombreuses PME sont au bord de la rupture. Depuis février 2020, nous avons supervisé plus de 100 enquêtes, à travers 31 pays, afin d’évaluer les réponses politiques en faveur des PME. Les résultats montrent une baisse sensible des revenus pour 70 % à 80 % d’entre elles, ainsi que des suspensions d’activité fréquentes sur de longues périodes. Même si le taux de fermetures s’est amélioré sur l’année écoulée, à la fin 2020 une entreprise sur sept n’avait toujours pas repris ses activités, selon l’Enquête sur le futur des entreprises menée conjointement par l’OCDE, Facebook et la Banque mondiale.

La fracture numérique

Le fait que ces entreprises opèrent pour la plupart dans des secteurs sérieusement entravés par les restrictions sanitaires n’explique pas à lui seul leur vulnérabilité exacerbée. Cela tient aussi à leur manque d’accès aux financements, aux réseaux, aux compétences et aux conseils nécessaires pour s’adapter à ce nouvel environnement, révélateur d’une carence en technologies du numérique.

L’écart numérique entre les PME et les grandes firmes était déjà significatif avant la crise actuelle, l’adoption de ces technologies étant deux fois moindre chez les premières. Le fossé se comble toutefois rapidement, comme le montre l’étude sur la transformation numérique des PME. Tirant parti de la situation sanitaire, 70 % des PME recourent davantage aux outils numériques et en profitent pour se réinventer. La transition est difficile pour la plupart, mais surtout, elle demeure encore impossible pour d’autres.

L’appui des gouvernements

Les mesures d’appui déployées par les gouvernements ont été vitales pour les petites entreprises. Des subventions directes, des prêts, des garanties, des exonérations fiscales et autres mesures innovantes les ont aidés à s’adapter au nouvel environnement commercial. Les PME ont ainsi bénéficié de formations, de conseils et du partage d’informations avec les grandes firmes, ainsi que d’un accès facilité aux outils numériques. Cet appui sans précédent a permis d’éviter des faillites dans la plupart des pays.

Les petites entreprises vont encore ressentir les effets de la pandémie sur plusieurs années, et les mesures d’urgence devront être levées avec précaution pour éviter une vague de faillites. Le processus de redressement devra, d’un côté, permettre la cessation définitive des activités des compagnies non viables.

D’un autre côté, en revanche, il faudra appuyer certaines compagnies criblées de dettes mais viables, dont la capacité diminuée à investir et croître pourrait menacer le redressement.

Les gouvernements peuvent fournir cet appui, sous la forme d’une restructuration rapide de la dette et des instruments de financement alternatifs. Une autre option consiste à favoriser des politiques structurelles pour étendre les réseaux de petites entreprises, renforcer leurs compétences et les financements du commerce, mais surtout pour promouvoir de nouveaux modèles commerciaux, numériques et durables.

© Shutterstock

L’appui de l’OCDE

En plus de suivre les réponses politiques à la crise, le Centre de l’OCDE pour l’entrepreneuriat, les PME, les régions et les villes a favorisé les échanges et la production de recommandations, au travers, entre autres, de sa note sur les réponses politiques en faveur des PME, son édition spéciale sur le financement des PME et des entrepreneurs, ainsi que l’édition à venir des perspectives sur les PME et l’entrepreneuriat.

Il s’agit à présent de partager avec nos partenaires notre vaste expérience, nos réseaux et nos données probantes pour assurer un redressement mené avec et par les petites entreprises.

AUTRES DOSSIERS

Préserver la prospérité du commerce international

Réduire l’impact de la COVID-19 sur les entreprises

Stratégies de résilience – trouvez la vôtre !

La crise sanitaire en quelques chiffres

image

Palais des Nations, 1211 Geneva 10, Suisse Tel. +41-22-7300-388 Internet: www.intracen.org

Le Centre du commerce international est l’agence conjointe de l’Organisation mondiale du commerce et des Nations Unies.

Copyright: Centre du commerce international, sauf mention contraire